• ELVIS: chronique

    Il y a 3 jours - Par Cinéma Teaser

    Avec son amour du kaléidoscope, Baz Luhrmann plonge ELVIS PRESLEY dans un univers baroque et circassien. Déroutant au démarrage, remarquable par la suite.
    L'angle dramaturgique d'ELVIS s'annonce très tôt, avant même la première image, sur l'apparition du logo Warner : avec un effet de réverb', un court extrait de la chanson « Suspicious Minds » se fait entendre. Un tube dont l'une des paroles centrales, répétée en boucle par Presley, était « I'm caught in a trap I can't walk out » / « Je suis pris dans un piège dont je ne peux m'échapper ». Mais avant de parvenir vraiment à ce nœud...
    Lire la suite ...