• CANNES 2018: Journal de bord 3 - Persistance mémorielle

    Il y a 5 mois - Par Le Cinéphile Anonyme

    Nouvelle journée cannoise marquée par des films imparfaits mais finalement assez mémorables.
    Vendredi 11 mai.
    Après Leto , le festival de Cannes continue de lier des musiciens à un contexte soviétique avec Cold War , le nouveau film de Pawel Pawlikowski. Doté d'une photographie en noir et blanc aussi sublime que celle d' Ida , le long-métrage nous fait plonger en quelques minutes dans une Histoire flottante, un temps qui va se dilater sur une heure trente pour couvrir quinze ans d'amour entre un pianiste et la chanteuse qu'il a rencontrée. Comme pour Leto , Cold War utilise ses personnages...
    Lire la suite ...